viernes, 29 de abril de 2016

MARIE FLORE DOMOND [18.572]


Marie Flore Domond

Nació en Jacmel, Haití a principios de un verano de los años 60. Ha publicado, entre otros: Écrivain en résidence [Escritor en residencia] (2004) y Perle noire [Perla negra] (2006). Trabaja una escritura surplureal.


Versión al español de
Cristina García, María García y Alejandro Múnera



Obra de amistad

Lo siento por los parámetros de impotencia
La juventud alterada
La fecundidad suprimida
Que no sabré reactivar
Para ofrecerte para el final
El mejor de nuestros sueños despiertos
Te propongo mi amistad sin vacilar
En estado puro
De verdad,
Sabré llevarte a lo maravilloso de lo cotidiano
La simplicidad de las palabras surgientes
De las palabras actuantes
De las palabras desarmantes
E incluso enloquecedoras
Pero jamás deprimentes
Extenuantes…

A gran título de nuestra amistad
En el territorio de la corona del norte
Con los ojos extasiados
Por el esplendor del arcoíris
Me confiaste rápido
Un poder clandestino
Ese poder sin autoridad
Sin frecuencia
Ni semilla
Sin pepas
Siquiera de esperanza
Privada de juramento
Tan pronto conferido
Tan pronto fijado
Tan pronto congelado
Tan pronto mostrado
E hipotecado
No sabré usarlo…

Te ofrezco una segunda vez
Mi fortaleza construida a medida
El compromiso sagrado
De la alegría de vivir
Un pedazo de paraíso
Pero es también
Mi última promesa
Privilegiada
Protegida
Humanizada
Hasta ahora sin fisura
Sin grieta
Ni astilla
Este juramente
De mi reino de emoción
Mi imperio de baño desnudo
No lo rechaces
Al borde de lo irreparable
De la división mayor
Llena de exigencias
Si tienes que preservar el ritual de nuestro cariño

Te confío este poder inaudito
Ya que toca renunciar a la dimensión
Abstracta del realismo
El poder de los sueños delirantes

Tengo el poder auténtico
Mi materia artesanal
Ágil y eficaz
El poder de la lealtad
Este poder de lo vertical
Concebido horizontalmente
Que puede acabar con
Todo poder recreativo
Consumible
Equívoco
Poder mudo
De cegar
Poder cojo
El poder de obstaculizar
El poder débil
De proporción inofensiva

Para construir y acabar nuestra historia de amistad
Toca extraer lo masivo
Del poder frágil
El poder desvanecido
Reforzar el poder de influencia
Y unirnos al poder infinito.

Juntos poseeremos
El poder del deseo inspirador
Ese poder idéntico
Para una obra magistral
El poder del gran placer
Y de la beatitud.

Tomado de Actes de foi



Récipiendaire du Grand Prix Littéraire 2003 de l'Association Haïtienne des Ecrivains, Marie Flore Domond compte parmi ses oeuvres inédites Perle Noire — Anthologie haïtienne de poésie féminine et Bienfaits de la chose écrite (études critiques). Elle est née à Port-au-Prince (Haïti) au début d'un été des années 60, d'un père Jacmélien et d'une mère originaire de Miragôane.

B I J O U X  D E  N A T U R E

Sur une île mystérieuse des Antilles enchantées 
de me yeux extasiés d'un éclat de beauté 
et mon cœur emballé passionné auréolé d'amour 
j'ai surpris d'un seul coup les merveilles de la tombée du jour
Le reflet scintillant d'un coucher de soleil 
reluisait encore sur le bleu saphir de la mer 
des vagues de faux rubis roulaient sans cesse 
jusqu'à l'extrémité de la rive de perles 
encerclée de coquilles diaprées 
de ces écumes dentelées d'argent pur et fragile
Les flots métalliques cabrés déposaient pourtant avec grâce 
des lopins d'émeraude qui se cristallisaient aussitôt 
sur le sable opale 
au-dessus du bleu azuré et satiné du ciel clément 
flottaient des ouates de nuages en taffetas et mille autres étoffes
A l'Occident 
un alliage de topaze 
et d'autres pierres précieuses empourprées 
s'infiltraient le long des horizons 
s'éparpillaient en de f i n e s t i g e s d'o r 
jusqu'à se perdre au tréfonds de l'océan 
par une douce fantaisie des ombres du crépuscule 
mais sertis de diamants roses 
pourtant exposés sur du velours cuivré
Emportée par la brise 
l'odeur agréable des fleurs prestigieuses 
aux arômes de lilas de jasmin et marguerite 
s'élevait lentement au-delà du firmament 
puis se volatilisait en parfum de lune 
pour charmer encore une fois des rêveurs
Comme moi



LES FLOTS DE LARMES VERSÉES 
SUR MA TERRE NATALE

J'ai vu le jour sur l'étendue de ta plus belle saison 
à l'époque où ta fraîcheur rehaussait encore 
la splendeur des champs, des rives et collines 
vêtue d'une parure enjouée, 
tu charmais du soir au matin 
tous ceux qui courtisaient ton paysage 
Le firmament presque toujours bleu limpide 
observait jalousement ton allure 
jusqu'au coucher flamboyant du soleil
Souvent 
la lune et les étoiles scintillantes se bousculaient 
pour éclairer tes multiples sillages 
tes brises saisonnières ont guidé mes pas 
dans les jardins embaumés de tes fleurs capricieuses 
tu m'as vue courir à travers tes sentiers paisibles 
tu m'as entendue répandre des cris qui t'ont fait frémir 
tu m'as vue grandir aussi 
par lassitude 
je t'ai tourné le dos 
pour poursuivre d'autres buts à la recherche du mieux être

Là-bas 
je t'ai niée, ignorée, méprisée ! 
Combien de fois me suis-je donc révoltée pour critiquer 
ta petitesse, ton insignifiance offensante, ta passivité 
tes grands espoirs sans lendemain

Ô ! Chère Haïti : Perle de toutes les Antilles 
malgré tous ces blasphèmes 
j'ose encore revenir 
abuser de ton hospitalité 
et tu m'ouvres une fois de plus tes naïfs bras sans méfiances 
comme si tu attendais depuis longtemps 
que je revienne poser un regard songeur 
sur ta frêle silhouette décadente 
par ton accueil toujours chaleureux et insouciant 
je frissonne de tristesse 
je suffoque de remords 
et des flots de larmes parcourent mon visage 
jusque sur ton sol aride 



LE PARADIS PERDU 
                    DANS LES CARAÏBES DÉPAYSÉES

Villes de misère 
quartiers populaires 
impasses de poussière 
corridors d'enfer
                    Vie de tension et de colère 
                    dans ce pays de chimères 
                    point de sourire-éclair 
                    miroitant les dents éclatantes de blancheur
                                        Rien que la peur 
                                         qui paralyse la bonne humeur 
                                        dans les rues 
                                        circulent les rumeurs 
                                        les citoyens en sueur 
                                        se racontent leur vécu d'horreur 
                                        se discutent leur calvaire 
                                        quand ils sont d'avis contraire                                         s'injurient et se regardent de travers
                                        leur regard menaçant de fureur
                                        Où sont passés les témoins oculaires  
                                        ont-ils fait marche arrière face à leur malheur ?
                                                            N'ayez crainte 
                                                             ils s'accrochent à leurs prières 
                                                            pour obtenir chacun leur part 
                                                            de la vente aux enchères de ma PATRIE 
                                                            terre d'Haïti autrefois si fière.



LE COQ SACRÉ

Le mystérieux paysan 
tient fort dans ses mains 
son ami 
sa raison 
sa passion 
son gagne pain 
qu'il entretient à coups de clairin 
de grains avec entrain 
il lui murmure à l'oreille 
plein de baratins 
pour le rendre plus malin 
demain 
ce sera sa fierté sur le terrain 
quand il ira se mesurer devant les copains 
loin, très, très loin 
au bord d'un ravin 
en face de son jardin

L'adversaire ferait mieux 
de se préparer 
les éperons aiguisés 
la tête élevée 
les yeux presque toujours protégés 
mais bien avisés 
le duel sera amorcé 
la foule excitée 
une ambiance à tout casser 
chacun voudra gagner 
certains penseront même à tricher 
après avoir tout misé 
s'il se fait agresser 
la volaille apprivoisée 
aura sans doute un repos bien mérité 



MAGIE TROPICALE

Là-bas sous les tropiques 
l'ambiance est féerique 
la musique énergique 
le soleil authentique 
pour les rencontres publiques
les femmes créoles magnifiques 
leur cadence tonique 
au sourire angélique 
leur accueil pacifique 
autour des décors en briques 
ornés de peintures fantastiques 
Au loin 
les mornes épiques sont d'ailleurs excentriques 
même couvertes de nuages mélancoliques 
Hum ! climat exotique 
atmosphère frénétique 
m'inspirant des élans poétiques



AUX COUPEURS DE CANNE

Je vous salue 
amants de la plantation 
pour vos combites joyeuses d'antan 
vaillants gars des champs 
aux mains calleuses et laborieuses 
Vous 
qui assuriez l'avenir du monde agricole  
Je vous salue 
passionnés cultivateurs 
Vous 
les ravis 
les enjoués d'autrefois 
qui braviez sans crainte au matin 
des hectares peuplés de canne à sucre 
et qu'au soir 
vous vainquiez à coups de machettes 
de chants folkloriques 
de tafias puisés à même de ce fruit de vos labeurs 
pour l'honneur national  

Le jour de la crédulité 
sans défense ni méfiance 
sans armure ni bouclier 
vous avez pris rendez-vous ailleurs 
chez les imposteurs 
où vous ne vous doutiez de rien 
alors qu'ils pensaient tout prendre 
pas même partager 
voire donner
J'ai appris que vous vous faites exploités 
maltraités, 
méprisés sans pitié 
comme des vulgaires coupeurs de canne à sucre 
j'ai pleuré 
j'ai prié 
j'ai crié 
j'ai même pensé à me sacrifier 
mais le prix de mon sang indigné 
serait-il suffisant pour vous délivrer 
vous libérer à tout jamais ? 
en attendant : JE VOUS SALUE ! 



POUVOIR INTÉGRAL

Compagnon de solitude 
des nuits blanches paisibles 
quelquefois à l'aurore
tu te fais expulser par la gorge irritée
B ruyant camarade 
dans des fêtes champêtres 
à la tombée du jour 
tu surprends toujours 
de ton ambiance tapageuse 
confondue dans une odeur de cigarette 
de tabac aspiré et de fumée pénétrante
Tafia 
évocation du mal mais aussi du bien 
frontière de la transcendance intégrale 
d'une délivrance suspendue 
ou d'un sort jeté
Liaison entre ciel et terre 
des intentions malfaisantes 
recours perpétuel des vœux de chasteté 
ingrédients du rituel cérémonial des guérisseurs 
aux arômes d'espérance 
nécessité absolue de toutes festivités 
passe temps des riches 
consolation des pauvres 
fantaisie d'ornements



RHUM BARBANCOURT ! 
boisson favori du plus grand guerrier des dieux 
et des vaillants esprits 
des redoutables protecteurs 
puis des associés 
et des alliés 
alcool des moments de complicité 
grog des occasions spéciales 
patrimoine national d'un héritage ancestral 
au goût franc de plaisir 
à saveur de l'honneur assuré






.

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada