martes, 24 de mayo de 2016

ALAIN BORER [18.771]


Alain Borer 

Nacido en Luxeuil-les-Bains, en la Haute-Saône en 1949, es un escritor y poeta francés. Es un especialista de Arthur Rimbaud. Es profesor en la Escuela Superior de Bellas Artes desde 1979 y profesor excepcional de literatura francesa en la Universidad del Sur de California desde 2005.

Principales obras:

En los Estados Unidos

Rimbaud in Abissinia. New York, William Morrow, 1991
The Essential Joseph Beuys, The MIT Press, Cambridge, Massachusetts, 1997

Novela

Koba, Editions du Seuil, « Fiction & Cie », 2002 (prix Joseph-Kessel 2003)

Teatro

Icare & I don't, Éditions du Seuil, 2007 (prix Guillaume-Apollinaire 2008)
Richard Mille, Le Cercle d'Art, 2005

Ensayos sobre Rimbaud

Rimbaud en Abyssinie, Éditions du Seuil, « Fiction & Cie », 1984, réédition 1991, édition revue et augmentée, Points-Seuil, 2004
Un sieur Rimbaud, se disant négociant… Avec Philippe Soupault, Arthur Aeschbacher et François Margolin, Lachenal & Ritter, 1984 (prix de l'essai de l'Académie française 1985); Réédition Le Livre de poche, Hachette, 1989, sous le titre La Terre et les pierres
Rimbaud d'Arabie , Éditions du Seuil, « Fiction & Cie », 1991
Rimbaud, l'heure de la fuite , générique de Hugo Pratt, Découvertes-Gallimard, 1991, réédition 2001
Rimbaud, d'Enid Starkie, traduction, préface et notes, Flammarion, 1982, réédition 1989
Œuvre-vie, Édition du centenaire, en collaboration, Arléa, 1991
Bouts rimés d'Arthur Rimbaud , dessins de Michel Gérard, collection « Muro Torto », Rome, Villa Médicis , 1980
Je me ressouviens, FNAC & Institut du Monde Arabe, 1991
« Nothing de Rimbe », Intervention/image d'Ernest Pignon-Ernest, AREA, 1986, nouvelle édition La Nuée bleue, 1991
Le lieu et la formule, Mercure de France, 1999

Ensayos sobre arte

Déploration de Joseph Beuys , Bibliothèque des Arts, Lausanne, 2001
Chambord Les trois corps de Chambord, photographies de Dominic Hofbauer , Monum, éditions du patrimoine, 2006
L'Œuvre-vie d4Hugo Pratt et son empire perdu : Éthiopie, La trace du scorpion , Casterman, 2005

Ensayos

De quel amour blessée. Réflexions sur la langue française , Gallimard, 2014 5
Carnets
Le Ciel & la Carte : Carnet de voyage dans les mers du Sud à bord de La Boudeuse , Le Seuil, 2010

Poesía

François Coupé , SAFC-Encres Vives, 1973
Bestiaire, coll. « Les Poquettes volantes », La Louvière (Belgique), Daily-Bul , 1979
Le Nuage de Magellan , I, gouaches de Georges Badin, Musée d'art moderne de Céret , 1980
Le Nuage de Magellan , II, collage de Peter Briggs, Bruxelles, Bibliothèque Phantomas, 1983
Zone bleue, La Chevelure de Bérénice ; Le Nuage de Magellan, extrait III, dessin de Barbara von Thaden, Lachenal & Ritter, 1984
Les Très Riches Heures de Chuck Berry , photomontages de Joël Hubaut, Éditions de la CREM, 1991
Départs arrêtés , aquarelles de Jean-Claude Vignes, Aréa, 1995
Jeil, noèmes, Interventions de Pierre Zanzucchi , L'Échelle, Hôtel Beury, 2000
Carte mère, noèmes, Vice-versa, 2002
Loups plats , illustrés par Pierre Antoniucci, Georges Badin, Peter Briggs, Alain Gauvin, Christian Jaccard, Jacques Vimard, Pierre Zanzucchi, Rencontre, 2006

Audiovisuales

Paul Verlaine, raconté par Alain Borer . cassettes Radio France, 1979
Arthur Rimbaud, raconté par Alain Borer . textes lus par Laurent Terzieff, cassettes Radio France, 1978 et 1989
Le Voleur de feu, film de Charles Brabant . avec Léo Ferré, TF1, 1978 et 1986
Sur les terrasses de Rimbaud . film de Saad Salman, Paris, Les Productions de La Lanterne, 1990
Pour l'amour du ciel . textes lus par Alain Borer (livre CD), Cassettes Radio France, 1996

Exposiciones

Le Reste à voir , Hôtel Beury, L'Échelle, mars 2006
La Sanglinière (photographies) , Château de Tours, 29 mars – 27 avril 2007



Traducción de Rafael Patiño Góez



¿He dormido yo?

sillas blancas de plástico
tiradas tarde en la tarde

vacuidad de la noche
con resonancia de ánfora
torniquetes de los chorros de agua de la mañana


*


Pasionaria

Condenado de por vida
en aquel cuerpo
de allí no salgo sino en ti


*


Dilucida el mundo-palacio:
excava tu posesión
cautivo de tus cavernas pintadas
con pequeños animales


*


Tira una piedra
desciende 
la escalera
de los círculos en el agua


*


Golpea la tierra con el puño
después dirige tus ojos arriba
 al cielo disperso


*


Partida detenida
Cien veces no muerto
viajo a mi antojo
en el más allá actual


*


puesto que las líneas de la mano
son laberínticas
yo soplo 
en caracol


*


De ordinario me ponía mi impermeable amarillo
entre la selva primitiva
cuando encontraba de frente
una cierva color caramelo claro


*


Todo debe desaparecer
Incluso
los caballos e
incluso el espacio
que crea su galope
y que es una herradura


*


vacilantes fuegos de la encrucijada
a través del crepúsculo-
a través de la orquídea
creciente
del crepúsculo


*


Tuamotus

Un agujero negro
aspira
el cielo
de los monóculos


*


Airbus de los grandes fondos
sus viajeros cinchados
entre la oscuridad absoluta
donde el océano dispersa los ojos


*


Las horas desconocidas

La aurora se anuncia
por el agujero del soplador

En el interior de la palabra hoy
una puerta se entreabre


*


las ocas que graznan
hacen deslizar sobre los techos
la gran V fluctuante de los Viajes 
cuya sombra atraviesa
el jardín delante de mí


*


Cavo 
en tu cuerpo
mi regreso


*


Tentado
por  volverme a unir a la Luna
en el pozo
su espejo


*


Clap de última toma

Todo poema 
para terminar
lanza su sombrero al cielo


*


Formar parte del mundo

El big-bang 
orgasmo 
de Dios





LA BELLE DE HALLEY

Le voyage est si long pour que je resplendisse!

Au-delà des dernières planètes aux confins du système solaire

Dans l'obscurité pure et le froid absolu tourne autour du
Soleil une invisible sphère

Idole informe et vague,
O ma mère cruelle et glacée en coulisses !

Par milliards ses cristaux gravitent lentement liges dans ses anneaux qu'elle a voulu enclore

Je reviens du royaume de la comète mère, noir nuage d'Oort où les ténèbres donnent un air de pelage à la mort!

Nuage d'Oort, Ô mère morte d'aucune carte stel-laire, trop lointain réservoir cométaire!

Cimetière spiral au fond du corridor, ombre tirant les corps, ombre étirant les peaux !

O
Nuage agrandi encore par ma pensée !
Suaires des dortoirs insoupçonnés du monde où s'échappe parfois un éclat de mémoire, drapeau élémentaire !

Tanière illusoire des origines, hangar !
Et je dois revenir tous les siècles au
Dépôt...

D'une chiquenaude parfois je m'en vais et voilée je m'élance penchée pour un tournoi sans fin

Je descends tout au long du fluide univers à travers les premières nébuleuses ou d'une île-univers à l'autre

Remontant le passé dense et chaud je vois les galaxies s'attirer et s'enfuir en cohortes

Et captant la lumière du grand brasier qui flotte j'emporte la rumeur amplifiée du
Rien

Et toute seule sous mon dôme, fille aux cheveux d'argent sans âge ni désir, j'erre aux miroirs concaves qui se moquent

Écarlate au périhélie, glacée bleutée à l'aphélie, éphémère équivoque !

La galaxie est une serre où s'étirent d'énormes fleurs, des tubuleuses qui s'allongent

Et dans ses beaux quartiers je reconnais la
Terre : c'est la petite
Bleue qui songe

Le
Soleil colossal ventriloque des nuits exalte mon itinéraire

Quand je m'émeus à ses rayons sur cent millions de lieues ma bannière l'escorte

Bientôt je resplendis, nocturne cimeterre sur la
Sublime
Porte !

Et toute saoule sous mon daisj'emporte au loin tous les parfums des océans et des forêts

Les guetteurs de l'espace à présent que je passe à portée de leur voix m'exhortent en prières

Suivez-moi, remontons aux aurores du
Nuage d'Oort !
Ne levez pas le voile où dorment mes secrets !

Que suffise l'attrait des peurs que je provoque !
Signes sûrs du néant conjuré par la vie sur la
Terre

Montez en moi barque chantante, fendons l'obscurité attachante des deux !

Allons dans l'univers explosif où éclate le rire des dieux, l'immense rire des dieux !





.


No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada